Les News de Nord Vaudois - septembre 2016

En collaboration avec le journal La Région.

12 fév 2018

Le nouveau visage de Playboy a charmé deux Nord-Vaudois

Yverdon-les-Bains – Sainte-Croix -  David Musetti s’est associé au jet-setteur David Swaelens-Kane pour lancer une édition suisse du magazine de charme Playboy. Un homme plein d’ambition qui a convaincu Philippe Roger de devenir son homme de réseau, et Julie Janus, la cheffe des «bunnies».

A première vue, on pourrait croire que David Musetti est un commercial à la mode, avec son sourire, ses jeans bleus, sa fine écharpe et son veston satiné. A un détail près: une petite broche dorée, discrètement accrochée sur le rebord de son blazer. Un petit bijou en forme de tête de lapin qui symbolise, pourtant, tout un empire: celui de la marque américaine Playboy.

Un empire que ce diplômé de la Haute Ecole de commerce (HEC) de Genève a bien envie de reconstruire ici, dans le canton de Vaud. Pour concrétiser cette ambition, il est devenu actionnaire du nouveau magazine de charme francophone Playboy (lire encadré gris), ainsi que du bimestriel du même genre Photo Magazine -les deux entités sont réunies sous le nom de la société vaudoise Diamond Editions. Et il s’est entouré de plusieurs personnes de la région pour développer ses activités. Parmi ces dernières figurent le Sainte-Crix Philippe Roger et l’Yverdonnoise Julie Janus (lire interview en page 5). «Rien n’est impossible tant que l’on réunit de bonnes compétences, commente l’économiste genevois qui a participé à la restructuration du réseau postal entre villes et campagnes. Je veux travailler avec des gens locaux, car je sais d’où je viens.»

Une philosophie de vie

Rien ne prédestinait Philippe Roger à se lancer dans l’aventure de Playboy. Cet technicien ambulancier sainte-crix et père de famille partageait, sans le savoir, la philosophie de Playboy. «J’ai rencontré David Musetti par le biais d’une amie, il y a environ deux ans, et on s’est trouvé une vision commune: l’envie de fédérer les gens de tous les rangs sociaux autour du même amour envers les femmes», raconte-t-il. Et c’est ainsi, que le Nord-Vaudois est devenu «l’homme de réseau» de David Musetti.

Philippe Roger (à dr.) a rejoint l’équipe de Playboy, codirigée par l’entrepreneur lausannois David Musetti (à g.), afin de véhiculer l’art de vivre de la marque américaine en Suisse et en France.

Philippe Roger (à dr.) a rejoint l’équipe de Playboy, codirigée par l’entrepreneur lausannois David Musetti (à g.), afin de véhiculer l’art de vivre de la marque américaine en Suisse et en France. ©Carole Alkabes

«Playboy, ce n’est pas qu’un magazine de femmes nues, c’est aussi un art de vivre, dont le but est de sublimer la femme et ses courbes par la mode, le design, la musique et la culture. C’est une philosophie qui prône la liberté d’expression, l’anticonformisme et l’hédonisme, confie le l’entrepreneur genevois, aussi père de famille. Et chez Playboy, on est tous égaux, peu importe la couleur de notre peau ou notre attirance sexuelle.»

Un aspect qui parle au Sainte-Crix: «Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de personnes talentueuses qui n’étaient jamais mises en avant à cause de leur rang social ou de leur mauvaise situation, et je trouve cela vraiment dommage. Alors tant que je peux contribuer à effacer ces barrières, sans tomber dans le vulgaire, je le ferai.»

«Philippe m’apporte parfois des idées farfelues, auxquelles je ne prête pas attention toute de suite. Et après réflexion, je me dis que finalement, il a raison», ajoute David Musetti, qui compte beaucoup sur le Nord-Vaudois pour développer son business.

Pas peur du regard des autres? «Peu de gens me font peur. Et c’est notre rôle de convaincre le public que Playboy, c’est bien plus que le cliché que tout le monde s’imagine», conclut Philippe Roger.

Le nouveau Playboy avec une touche suisse

L’homme d’affaires de 44 ans s’est associé, fin 2016, au célèbre duo de jet-setteurs David Swaelens-Kane et sa compagne, Monika Bacardi, pour lancer la première édition suisse du magazine de charme Playboy. «La différence, c’est que, désormais, des contenus romands sont ajoutés à la version française, lancée en 2016, précise David Musetti. Par exemple, dans le prochain numéro, nous avons un shooting avec la mannequin lausannoise Natàlia Pereira, au Château d’Allaman.»

Cette nouvelle édition est devenue le bimestriel officiel pour tous les pays francophones, y compris le Québec. «Et bientôt en Angleterre et en Australie, renchérit celui qui possède également un bureau de trader à New York et un salon de coiffure à Lausanne. Playboy est vendu à près de 180 000 exemplaires, dont environ 30 000 en Suisse.» Les numéros, monnayés à 11,40 francs, mettent à nu des femmes, mais pas n’importe comment: «On a fait un lifting du magazine et misé sur des images artistiques, loin de la pornographie, précise David Musetti. On y a aussi intégré des anciens articles de Playboy, comme celui de Donald Trump, qui affirmait ne pas vouloir devenir président.»

Mais il y a aussi des publicités et quelques interviews signés de la plume de David Musetti. «Nous avons une trentaine d’employés en France et en Belgique, explique-t-il. En Suisse, nous travaillons, pour l’heure, que sur mandat.»

Le Château d’Allaman, la future Playboy Mansion?

Selon les dires de David Musetti, il ne manque plus que dix millions de francs environ à l’édition francophone de Playboy pour acquérir le Château d’Allaman. Il sera rebaptisé «le Château de la paix», si la transaction se concrétise. ©DR

Selon les dires de David Musetti, il ne manque plus que dix millions de francs environ à l’édition francophone de Playboy pour acquérir le Château d’Allaman. Il sera rebaptisé «le Château de la paix», si la transaction se concrétise. ©DR

Dire que David Musetti voit grand, ce n’est qu’un euphémisme. En effet, outre le lancement d’une édition suisse de Playboy, l’expert en finances a un autre projet encore bien plus fou: recréer le fameux manoir Playboy. «Un ami m’a emmené devant le Château d’Allaman et il m’a dit: ferme les yeux et pense à Hugh Hefner (ndlr: le fondateur du magazine Playboy), se rappelle-t-il. Et quand j’ai les ai ouverts, j’ai tout de suite su qu’il fallait qu’on reprenne cet endroit magnifique pour y recréer la Playboy Mansion.»

Le bâtiment historique, remis à neuf par son actuel propriétaire Markus Jerger, est en vente depuis plusieurs années pour un peu plus de 30 millions de francs. «Il faut qu’on se dépêche pour éviter que l’édifice ne soit mis aux enchères et que des investisseurs étrangers le rachètent, poursuit l’homme d’affaires. On a fait les 3/4 du travail, maintenant il faut que les promesses d’investissements se concrétisent.»

David Musetti prévoit d’y organiser des événements VIP. «Cela n’aura rien à voir avec une maison close. On veut que le Château devienne une plateforme qui réunit des gens issus du monde des affaires, du sport, de l’art et de la culture, pour évoquer des projets et les réaliser dans un temps record. On ne veut pas de blabla, que du concret, affirme-t-il. Ce sera un havre de paix au milieu de l’Europe, un lieu incontournable.»

«C’est pire d’être hôtesse au Salon de l’auto que bunny»

L’Yverdonnoise de 25 ans Julie Janus a rencontré David Musetti, il y a deux ans, lorsqu’elle était hôtesse pour un événement qu’il organisait. Dès que l’entrepreneur s’est lancé dans l’affaire de Playboy, elle l’a suivi, en devenant l’une des premières bunnies, comme on dit dans le jargon de la marque pour décrire les hôtesses. Aujourd’hui, elle est devenue l’assistante de direction et la cheffe des bunnies suisses. Rencontre.

En plus de sa casquette de secrétaire juridique, l’Yverdonnoise Julie Janus est devenue la coordinatrice et la cheffe des bunnies de Playboy.

En plus de sa casquette de secrétaire juridique, l’Yverdonnoise Julie Janus est devenue la coordinatrice et la cheffe des bunnies de Playboy. ©Michel Duperrex

Comment avez-vous réagi lorsqu’on vous a proposé de devenir une bunny pour Playboy?

Au début, je n’étais pas rassurée parce que je pensais que cela voulait dire Playmate (ndlr: les femmes qui posent nues dans le magazine). Et quand j’ai compris que cela voulait dire hôtesse dans des boîtes de nuit, j’ai eu peur des mains baladeuses des hommes.

Mais vous avez quand même accepté le travail?

Oui et j’ai vu qu’on était très bien surveillées. Et mon expérience me permet, aujourd’hui, de rassurer les candidates, qui ont des craintes.

Est-ce difficile de recruter des bunnies?  

Il y a souvent deux problèmes: soit les filles mesurent moins d’1,7 m, soit elles voient un problème avec leur petit copain. Et après, il y avait des filles qui convenaient, mais qui ne correspondaient pas aux exigences de David Musetti.

Et qu’en dit votre conjoint?

Je lui ai expliqué et il me fait confiance et me soutient.

N’avez-vous pas peur des jugements de vos proches?

Je ne vois pas où est le problème, on ne fait que distribuer des goodies (ndlr: objets à l’image de la marque) et animer des soirées en tout bien tout honneur. Ceux qui critiquent sont souvent ceux qui ne connaissent pas, car c’est pire d’être hôtesse au Salon de l’auto que d’être bunny pour Playboy.

Avez-vous posé des limites?

Pas vraiment, mais je ne voudrais pas faire de strip-tease ou être juste là pour être regardée, sans rien faire ni distribuer de goodies.

L’article Le nouveau visage de Playboy a charmé deux Nord-Vaudois est apparu en premier sur La Région.

12 fév 2018

Le HCY méritait tellement mieux

Hockey – Playoffs 1re ligue. Revenant de 1-3 à 3-3 dans la dernière minute du temps réglementaire, les hommes de Jiri Rambousek ont fait trembler les Valaisans jusqu’au terme d’une prolongation dominée mais finalement perdue.

Vraiment admirable de volonté et finalement mal payé, le HC Yverdon a disputé un excellent match samedi dernier contre Sierre, le grand favori au titre du groupe romand. Mais il a malheureusement été battu à cinq minutes de la fin d’une prolongation durant laquelle il s’est créé de nombreuses occasions par Vidmer (trois fois), Borgeaud, Beutler, Pappalardo, Vazquez et Rochat. Quel beau combat les Yverdonnois ont pourtant livré.

Gay héros malheureux

«Oui, ce soir on a fait preuve de beaucoup de caractère, relevait Bryan Borgeaud. On est parvenu à marquer deux buts en dix secondes pour revenir au score, avant de céder dans une prolongation pendant laquelle nos adversaires se sont aussi montrés dangereux sur leurs ruptures rapides. Mais c’est quand même nous qui avions à ce moment-là les affaires en main.» Et Nicolas Gay, particulièrement en évidence dans cette rencontre, d’ajouter: «On s’est beaucoup donné et on a montré une grande réaction quand on a sorti le gardien pour jouer à 6 contre 4 et revenir à 3-3. On y croyait toujours et on peut être fiers de notre prestation. Maintenant, il est bien clair que la troisième confrontation (ndlr: demain à 20h) en Valais s’annonce compliquée. Mais pas impossible. On va essayer de refaire un grand match d’équipe pour continuer à espérer et venir livrer un quatrième acte à la maison.»

Un grand Chmel

Le premier tiers a été d’excellente qualité, avec des Sierrois vifs et cherchant d’emblée la faille. Mais c’est Yverdon qui a manqué d’un rien d’ouvrir la marque par Rochat puis Gay, tous deux se présentant seuls face au gardien Pittolaz dans la même minute (9e). Puis les Valaisans ont dominé les opérations, mais Chmel, auteur d’un grand match, a multiplié les arrêts face à cette maestria valaisanne, qui roulait à fond. Rebelote au début du deuxième tiers, lors duquel le gardien yverdonnois s’est montré intraitable, même à 3 contre 5 durant deux minutes, et a été sauvé une fois par sa transversale. Avant de s’avouer vaincu à 4 contre 5, puis encaissant le 0-2 alors que le HCY ne pouvait plus sortir de son camp de défense.

Lorsque Sierre a marqué le le 0-3 (46e), on pensait que tout était dit. Jusqu’à cette incroyable dernière minute. L’entraîneur Jiri Rambousek a alors sorti son gardien: «Oui, j’ai pensé que c’était notre dernière chance et ça a marché. Je suis fier de mes hommes et de la réaction d’orgueil qu’ils ont démontré. Mais aussi déçu de l’issue de la rencontre, ce quatrième et ultime goal étant de ma faute. Là, c’est moi qui n’ai pas respecté le système que j’avais mis en place pour ce match. Maintenant, il nous reste tout de même un espoir.»

 

YverdonSierre 3-4 (0-0 0-2 3-1 0-1)

Buts: 33e Dépraz (Guyenet, Cheseaux/5c4) 0-1; 35e Posse (Dépraz, Reber) 0-2; 41e Zandovskis (Vioget) 1-2; 46e Marghitola (Gailland, Rimann) 1-3; 60e Gay (Beutler/6c4) 2-3; 60e Gay (Beutler/6c4) 3-3; 76e Gaillard (Baruchet, Rimann/4c4) 3-4.

Yverdon: Chmel; Borgeaud, Descloux; Ramet, Vidmer; Narbel, Vazquez; Bertschi; Rochat, Beutler, Zandovskis; Jé. Curty, Paillat, Gay; Köppli, Pappalardo, Pippia; Vioget. Entraîneur: Jiri Rambousek.

Sierre: Pittolaz; Marghitola, Cheseaux; Guyenet, Dozin; Baruchet, Kalbermatten; Felley, Bitz; Bonny, Rimann, Gailland; Dépraz, Posse, Reber; Cifelli, Schumann, El Assaoui; Rumo, Valenza. Entraîneur: Alain Darbellay.

Notes: Patinoire d’Yverdon, 438 spectateurs. Arbitrage de Patrick Michaud. Pénalités: 11×2’ contre le HCY et 8×2’ contre Sierre. Yverdon sans Jo. Curty, Tinguely, Deschenaux (blessés), Koch (armée) et von Allmen (repos). Touché à un pied dans un choc, Bertschi n’a pas disputé le troisième tiers. Meilleurs joueurs: Chmel (HCY) et Dépraz (Sierre).

L’article Le HCY méritait tellement mieux est apparu en premier sur La Région.

09 fév 2018

Un fourgon attaqué dans un parking

Chavornay – Des malfrats ont braqué un véhicule blindé, dans la nuit de jeudi à vendredi, à proximité du parking, situé à la sortie d’autoroute du village. Un convoyeur de fonds leur aurait payé 30 millions de francs en échange de sa fille kidnappée.


Ce fourgon a été braqué, dans la nuit de jeudi à vendredi. ©Michel Duperrex

C’est une «incroyable affaire de rançon», selon le journal Le Parisien. Hier, vers 19h, une jeune femme a été enlevée par des malfaiteurs, qui s’étaient fait passer pour des plombiers à son domicile.

Les agresseurs ont contacté le père de la jeune femme, un convoyeur de fonds qui travaille dans la région nord-vaudoise, et «lui ont demandé de leur livrer le contenu de son fourgon rempli d’argent en échange de la libération de sa fille», indiquent nos confrères parisiens.

Des convoyeurs braqués

Selon la Police cantonale vaudoise, «ce fourgon de transfert de fonds qui circulait sur l’autoroute A1 en direction de Lausanne, aux alentours de 19h45, a été contraint par un complice de sortir à la hauteur de Chavornay et de se garer sur le parking à proximité. Là, plusieurs hommes armés qui attendaient le fourgon l’ont fait se garer. Ils ont ensuite braqué les convoyeurs, dévalisé l’entier du fourgon et pris la fuite à bord d’un véhicule SUV 4×4 de type Porsche de couleur foncée. Les auteurs ont pris une direction inconnue et n’ont pas été rattrapés».

Arrivés sur les lieux quelques minutes après avoir été alertés, les gendarmes et les inspecteurs de la police de sûreté ont contrôlé le secteur, pris les mesures urgentes et déployé un dispositif.

La Police cantonale vaudoise indique le signalement des auteurs comme suit : trois hommes, environ 170–175 cm, corpulence normale, vêtus entièrement de noir, cagoulés et gantés, parlaient français avec un accent, peut-être du sud de la France ou d’Afrique du nord.

Aucun blessé à déplorer

Quant à la jeune femme, elle a été libérée dans l’Ain et recueillie par les gendarmes. La police judiciaire de Lyon a été chargée des investigations. Les auteurs ont ensuite pris la fuite dans une direction inconnue. Au final, l’opération n’a pas fait de blessé.Cet événement a nécessité l’intervention de douze patrouilles de la gendarmerie vaudoise et des inspecteurs de la police de sûreté.

La procureure de service a ouvert une enquête pénale, qu’elle a confié aux inspecteurs de la Police cantonale vaudoise.

Rien vu, rien entendu

«Je me suis réveillé aux environs de 23h pour me rendre aux toilettes et j’ai vu plusieurs gendarmes avec des chiens en face de ma fenêtre, confie ce Chavornaysan qui habite la maison située à proximité du parking, où un fourgon blindé a été braqué, durant la nuit de jeudi à vendredi. Ils sont venus m’interroger ce matin, mais je n’ai absolument rien vu, ni entendu.»

Plus loin, de l’autre côté de la route, une voisine affirme, «avoir vu de la lumière allumée, pendant vingt minutes», aux alentours de minuit. «Je me suis demandé ce que c’était, mais je suis retournée me coucher.» Elle n’est, par ailleurs, pas du tout étonnée qu’un tel événement soit survenu: «Avec tout ce trafic, il faudrait qu’il y ait plus de contrôles policiers, car cela devient inquiétant», poursuit-elle. Depuis qu’elle habite à Chavornay -quarante ans-, elle a connu cinq cambriolages à son domicile. «En octobre dernier, les malfrats se sont infiltrés chez moi, alors que je gardais mon petit-fils. Sac à main, argent, bijoux, rien n’a été épargné.»

Sur la place de jeu, où il y a le marché le vendredi, personne n’a rien vu, rien entendu, vendredi. «J’ai installé mon stand à 6h30, et je n’ai rien remarqué d’anormal», glisse le marchand de légumes. Même son de cloche pour la fromagère et deux autres jeunes femmes. A la boulangerie, les vendeuses n’étaient pas non plus au courant de ce braquage. «En général, les gens parlent, mais je suis surprise d’apprendre cette mauvaise nouvelle.»

Par ailleurs, le fourgon appartient à SOS Surveillance, une entreprise valaisanne, spécialisée dans ce type d’opération.

Appel à témoin

La Police cantonale vaudoise lance un appel à témoin. Les personnes susceptibles de fournir des renseignements au sujet de cette agression sont priées de prendre contact avec la centrale de la Police cantonale vaudoise au 021 333 5 333 ou avec le poste de police le plus proche.

 

L’article Un fourgon attaqué dans un parking est apparu en premier sur La Région.

09 fév 2018

Une nouvelle filière entre deux cantons

La Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud s’est alliée à la Haute Ecole Arc de Neuchâtel pour créer un nouveau bachelor. Une première dans l’environnement des HES-SO.

Dix, ce n’était toujours pas assez. La Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD) a présenté, hier, son nouveau bachelor en ingénierie et gestion industrielles. «On s’est permis un petit écart orthographique, parce qu’on tient au s du mot industrielle», a souligné Guido Frosio, chef du département des technologies industrielles à la HEIG-VD. Et pour ce faire, une course d’école a été organisée. Direction: l’usine Chocolats Camille Bloch S.A., à Courtelary, dans le Jura bernois.

Une réponse à un besoin

Cette nouvelle filière, qui sera lancée dès la rentrée académique de septembre prochain, permettra de répondre à la demande du marché, c’est-à-dire aux besoins des futurs employeurs et des diplômés. «La quatrième révolution industrielle représente, pour nous comme pour l’industrie dans sa globalité, un défi», a relevé Jean Kernen, directeur industriel de Chocolats Camille Bloch S.A., soulignant que la nouvelle formation comble une lacune et permettra de mieux faire face aux enjeux de la digitalisation

«Les entreprises doivent être innovantes pour rester concurrentes sur le marché. Ce qui signifie qu’elles doivent être capables de produire des milliers de pièces avec la même qualité, explique le professeur de la HEIG-VD. Et pour cela, elles ont besoin d’un personnel formé et capable de gérer une ligne de production industrielle. Ce qu’elles ont du mal à trouver en Suisse, car nous formons surtout des ingénieurs en recherche et développement. Les entreprises nous ont clairement dit qu’elles devaient aller chercher en France et en Allemagne pour dénicher des ingénieurs qui ont une culture industrielle.»

Former des ingénieurs 4.0

Face à un tel constat, la HEIG-VD a dû se résoudre à réfléchir à un autre type de formation. «Dans cette culture de la production industrielle, il est fondamental de savoir autant gérer des humains que la chaîne logisitique et les enjeux environnementaux. Ce qu’un ingénieur en recherche et développement ne prend pas en compte», avoue Guido Frosio.

Pour Philippe Grize, directeur du domaine Ingénierie de la Haute Ecole Arc, «la nouvelle filière est une réponse aux nombreux défis posés par la digitalisation de l’ensemble des secteurs de l’entreprise, en tenant compte de la composante humaine. Elle doit permettre de former les ingénieurs dont les entreprises auront besoin pour faire le saut dans l’industrie 4.0.»

Cette filière se veut donc plus proche des réalités en sensibilisant les jeunes aux difficultés pratiques que rencontrent les usines. Un aspect fondamental qui, pourtant, manque parfois aux diplômés. «Effectivement, ces ingénieurs 4.0 seront en quelque sorte l’interface entre les concepteurs d’idées et les lignes de production, et peut-être qu’à termes ils arriveront à influencer les concepteurs.»

Union inédite des HES-SO

Autre particularité de cette nouvelle filière, c’est qu’elle est mise sur pied en collaboration avec la Haute Ecole Arc (HE-Arc) de Neuchâtel. «C’est un projet unique en son genre pour la HES-SO (ndlr: la Haute Ecole spécialisée de Suisse orientale regroupe les Hautes écoles de sept cantons), car c’est la première fois qu’une filière se retrouve complètement intégrée sur deux sites, poursuit-il. Et c’est d’ailleurs pour cela que la HES-SO voit ce bachelor d’un bon œil, puisque ce projet permet de concrétiser l’image qu’elle souhaite véhiculer, à savoir une école réunifiée.»

Concrètement, ce cursus s’effectuera sur trois ans -180 crédits ECTS-, avec deux années communes entre les sites neuchâtelois et nord-vaudois et une dernière année de spécialisation. «La HE-Arc sera plus orientée sur le monde de l’horlogerie et la HEIG-VD sur la microtechnique et la technique», commente le professeur.

Synergies de compétences

Outre le fait d’être inédit dans le paysage des HES-SO, ce rapprochement institutionnel permettra des économies. «On partage le même lac, alors on s’est dit qu’on pourrait aussi profiter de nos complémentarités, lance, avec humour, Guido Frosio, ancien collaborateur de la HE-Arc. Grâce à ce partenariat, nous n’aurons pas besoin d’acheter les équipements à double, ni d’engager de nouveaux professeurs, ce qui est normalement le cas lorsqu’on crée une filière.»

Une synergie qu’il n’a, pour l’heure, pas encore chiffrée, mais qui s’annonce très avantageuse, selon lui.

Une première volée avec 80 élèves

Si, de l’extérieur, ce nouveau bachelor semble plus adapté aux attentes des entreprises, pas sûr qu’il plaise autant aux étudiants. «J’ai l’impression que ces derniers sont plus intéressés par le côté recherche et développement et ce sera à nous de faire des efforts pour les motiver à s’inscrire à cette filière», suppose Guido Frosio, qui s’attend à une huitantaine d’élèves pour la première volée, entre les deux sites romands.

L’article Une nouvelle filière entre deux cantons est apparu en premier sur La Région.

09 fév 2018

Le brunch d’Asha Bengal fait le plein!

Yvonand - Toutes les places du brunch du 17 juin, concocté par le chef étoilé Franck Giovannini, ont trouvé preneur en l’espace de deux jours.


Fabian Meylan (à g.) est aussi heureux que surpris. L’engagement de Franck Giovannini explique sans nul doute le succès de cette opération. ©Michel Duperrex

 

Le brunch programmé le dimanche 17 juin prochain à la salle polyvalente d’Yvonand est un succès avant l’heure (lire La Région Nord vaudois de mardi dernier). En effet, deux jours après l’annonce de la manifestation, toutes les places ont été vendues. «C’est extraordinaire!», s’exclame Fabian Meylan, l’âme de l’association Asha Bengal. Et d’exprimer sa reconnaissance à Franck Giovannini, le voisin de ses jeunes années, touché par la persévérance du jeune homme dans l’action qu’il mène au sud de Calcutta.

Fabian Meylan et les membres de son association organisent chaque année le Hope and Rock Festival, à Yverdon-les-Bains, pour réunir le gros des fonds nécessaires à l’acquisition de matériel orthopédique.

Pour les quinze ans de l’association, le jeune orthopédiste rêvait d’un grand coup. C’est réussi. Non seulement le chef de l’Hôtel de Ville de Crissier a été séduit par son idée, mais il l’a immédiatement adoptée.

Le troisième dimanche de juin aura donc un goût particulier pour les membres de l’association, mais aussi pour tous les privilégiés qui se sont inscrits à temps. Car, par la force des choses, le nombre de places est limité.

Participer à un brunch préparé par le Cuisinier de l’année et l’un des plus grands noms au monde -il a œuvré avec Philippe Rochat, puis Benoît Violier avant de prendre en main la brigade- est tout simplement une occasion aussi rare qu’exceptionnelle. C’est ce qui explique la rapidité avec laquelle les tickets se sont vendus.

L’article Le brunch d’Asha Bengal fait le plein! est apparu en premier sur La Région.

09 fév 2018

YF se structure avec ses moyens

Yverdon reprend le championnat demain à Aarau (18h30). Au-delà de son duel pour le maintien avec les Argoviennes, le club cherche à passer à la vitesse supérieure concernant l’encadrement des joueuses de sa première équipe.

«Le plan, c’est d’envoyer Aarau en LNB dès demain. On voit un peu ça comme une série de playoffs, dans laquelle il nous suffit de remporter un de nos trois matches face aux Argoviennes pour se maintenir, ou presque.» La situation d’Yverdon Féminin est on ne peut plus claire et n’échappe pas à Frédéric Mauron. Si ses protégées l’emportent demain, elles compteront neuf points d’avance sur leurs rivales, qui n’en ont inscrit qu’un seul jusqu’ici. Autant dire que la saison autour de la barre serait jouée et qu’YF devrait trouver un autre moyen qu’une lutte pour sa survie pour animer son printemps.

La plus concrète de ces mesures a déjà commencé à voir le jour. «On veut faire un pas de plus en direction des autres équipes de l’élite», lance l’homme fort de la «une». Autrement dit, Yverdon Féminin cherche à se structurer, «mais sans argent, avec les moyens qui sont les nôtres».

Le plan le plus concret allant dans cette direction est l’instauration de sessions d’entraînement matinales. «Désormais, en plus des quatre rendez-vous hebdomadaires en soirée, les filles ont l’occasion de venir une ou deux fois chaque semaine pour une séance supplémentaire.» Résultat, plusieurs joueuses s’aguerrissent dans leur discipline six fois par semaine. «Les entraînements du matin sont gérés par Giorgio Fransioli, mon assistant. Comme il travaille à temps partiel, il a gentiment accepté de prendre en charge ces sessions pour le moment.»

Une amélioration des conditions d’encadrement qui s’est aussi faite sentir durant la préparation hivernale. «C’est de loin la meilleure qu’on ait connu depuis des années», se réjouit le technicien. Audrey Riat et ses coéquipières ont pu profiter du synthétique de la Fleur-de-Lys presque tous les soirs, lors des cinq dernières semaines. «On peut remercier le syndic de Prilly, qui a effectué un immense effort pour nous mettre le terrain à disposition. Cela a aussi été possible parce que les équipes locales se trouvaient toujours en vacances. Reste à voir dans quelles conditions on va pouvoir s’entraîner dès lundi, à notre retour à la maison.»

Des places à prendre devant

Au rayon des mauvaises nouvelles, les Yverdonnoises avaient perdu Chloé Nicaty sur blessure, lors de la dernière journée de championnat à Lugano. L’attaquante, touchée aux ligaments d’un genou, ne fera pas son retour à la compétition cette saison. Un coup dur, d’autant plus qu’YF avait déjà perdu sa prometteuse buteuse Tanja Bodenmann en cours de route, et que son secteur offensif ne constitue pas la plus grande satisfaction de la première partie de l’exercice. «C’est l’occasion pour les jeunes de prendre les devants et de montrer leurs qualités. J’en attends beaucoup de filles comme Lori Fallet ou Camille Antunes Dias, qui devront savoir profiter des absences.» Et l’habile Qendresa Krasniqi est toujours là, heureusement.

Frédéric Mauron se servira donc d’une solution interne pour résoudre ses soucis d’infirmerie. «L’avantage, c’est qu’on n’a perdu personne durant l’hiver. A l’inverse, on ne compte pour l’heure aucun renfort. Si une joueuse a envie de tenter l’aventure d’Yverdon Féminin, notre porte est encore ouverte. On permettra à plusieurs juniors de nous rejoindre à l’entraînement durant tout le deuxième tour. Beaucoup de ces jeunes possèdent un fort potentiel, mais aucune n’a encore suffisamment explosé pour prétendre à une place dans la première équipe.»

Et concernant les matches amicaux disputés? «Des scores de hockey, à chaque fois. C’est plutôt bon signe, pour une formation qui n’a inscrit que huit buts en treize matches l’automne dernier.»

L’article YF se structure avec ses moyens est apparu en premier sur La Région.

09 fév 2018

La vallée de Joux et Yverdon laissent filer l’acte I

Les deux équipes nord-vaudoises engagées en quarts de finale des playoffs de 1re ligue ont connu la défaite jeudi soir. Les Combiers se sont inclinés 1-4 à domicile face à Villars, pendant que le HCY a été battu à Sierre 6-2.

Le HC Vallée de Joux avait le droit de se réjouir d’affronter Villars au premier tour des playoffs. Sur le papier, les Villardous ne semblaient pas particulièrement en forme actuellement et constituaient, il y a quelques heures encore, l’adversaire idéal. Le souci, c’est que pendant que les Combiers pesaient le pour et le contre d’une série initiale contre l’un ou l’autre adversaire, le VHC, lui, a préparé son premier rendez-vous de manière admirable, sans se poser de questions. Les hommes d’Adrien Plavsic sont montés au Sentier comme un seul homme, gonflés à bloc, n’ont pas laissé le moindre espace dont aurait pu bénéficier les locaux, et sont repartis avec une victoire 1-4 qui n’a rien d’usurpée.

En fait, le HCVJ s’est fait piéger. La troupe de Beat Kindler a été poussée à la faute par un bloc quasi impossible à déplacer devant son gardien. Lorsque Jason Berney et ses partenaires, le plus souvent contraints de se trouver dos au but adverse, parvenaient à se retourner, ils buttaient sur un dernier rempart étincelant. Jusqu’à ce que, comme un fruit mûr, les visiteurs viennent récolter le résultat de leur travail défensif sur deux erreurs individuelles des locaux, inscrivant leur troisième (48e) et quatrième (51e) réussites, et mettant fin au suspense. L’expérience a parlé.

Si la Vallée n’a de loin pas livré une mauvaise prestation et qu’elle conserve toutes ses chances pour la suite, une tendance s’est confirmée jeudi soir: la formation nord-vaudoise peine à enflammer ses matches à la maison. Même lors de sa fin de saison régulière idyllique (dix victoires sur onze parties disputées), les Combiers ont rarement dégagé une impression de nette supériorité chez eux. Pour passer l’obstacle d’envergure qui se dresse actuellement sur sa route et faire durer sa saison au moins jusqu’à la fin du mois, le HCVJ devra faire du Sentier une forteresse imprenable. Mais en plus, maintenant, il faut aller gagner à Villars, car l’avantage de la glace a changé de propriétaire.

 

Yverdon a perçu la faille

 

Si Yverdon n’a pas connu plus de succès que son voisin nord-vaudois, la troupe de Jiri Rambousek s’est tout de même rassurée à Sierre, face au favori pour la promotion, en retrouvant une vraie cohésion de groupe sur la glace. “On a montré un gros sens du sacrifice, beaucoup d’envie, notamment sur nos nombreux box-play”, lâchait Pierrick Beutler, à l’issue d’une défaite assez logique contenu de la qualité de l’adversaire. “On ne peut même pas dire qu’ils étaient trop forts. Les débats ont été très disputés, du moins jusqu’à la fin du deuxième tiers.”

Le HCY a donc évolué dans le même registre que lors de ses trois premières confrontations de l’exercice face aux Valaisans, obligeant Jérémy Gailland et ses coéquipiers à sortir le grand jeu pour se tirer d’affaire. Une prestation d’autant plus encourageante que les Yverdonnois étaient menés 2-0 après 62 secondes de jeu. “Ce n’est même pas qu’on est mal entrés dans le match, continuait l’attaquant du premier bloc. On a simplement encaissé deux fois sur des faits de jeu un peu malchanceux. Mais notre réaction, malgré quelques erreurs individuelles, ne présage que du bon pour la suite. On a vu qu’il y avait la place pour réussir quelque chose de sympa.”

 

Vallée de Joux – Villars 1-4 (1-2 0-0 0-2)

Buts: 4e Gudel (Bassetti, M. Capriati) 1-0; 8e Maillard (Bochatay, Paris) 1-1; 18e Marro (Bochatay, Maillard) 1-2; 48e Guler (Stjepanovic) 1-3; 51e Maillard (Bochatay, Marro) 1-4.

HCVJ: T. Capriati; Carlucci, Steinmann; Bassetti, M. Capriati; Betschart, Thuillard; Berney, Le Coultre, O’Donnell; Gudel, Bochsler, Berthoud; Bossard, Gigon, Dizerens. Entraîneur: Beat Kindler.

Notes: Patinoire du Sentier, 102 spectateurs. Arbitrage de Stéphane Dupont. Pénalités: 8×2′ contre la vallée de Joux; 8×2′ contre Villars.

 

Sierre – Yverdon 6-2 (2-1 1-1 3-0)

Buts: 1re Gailland (Cheseaux, Rimann) 1-0; 2e Baruchet (Valenza, El Assaoui) 2-0; 2e Zandovskis 2-1; 33e Vidmer 2-2; 39e Rimann (Gailland) 3-2; 44e Bonny (Rimann) 4-2; 51e Schumann (El Assaoui, Cifelli) 5-2; 58e Cheseaux (Rimann) 6-2.

Yverdon: Chmel; Vazquez, Narbel; Vidmer, Ramet; Descloux, Borgeaud; Zandovskis, Beutler, Rochat; Gay, Jé. Curty, Paillat; Pippia, von Allmen, Köppli. Entraîneur: Jiri Rambousek.

Notes: Patinoire de Graben, 818 spectateurs. Arbitrage de Jean-Marc Bielmann. Pénalités: 13×2′ contre Sierre; 10×2′ contre Yverdon.

L’article La vallée de Joux et Yverdon laissent filer l’acte I est apparu en premier sur La Région.

08 fév 2018

Des décisions qui mettraient de l’huile sur le feu

Des négociations sur des accords de libre-échange entre la Suisse et les deux principaux pays exportateurs d’huile de palme, la Malaisie et l’Indonésie, sont en cours et pourraient conduire à une augmentation de son importation. Les producteurs suisses de colza et de tournesol seraient directement touchés par cette concurrence significative. Prise de température dans la région.

«Le futur n’est pas très réjouissant. L’agriculture est en plein changement.» Julien Gavillet, 36 ans, et son frère Laurent, qui a un an de moins, ont repris l’exploitation agricole familiale en 2017, lorsque leur père a pris sa retraite. L’aîné de la fratrie est bien conscient des enjeux, actuels et futurs, liés au monde paysan:

«Nous avons subi une  baisse des prix agricoles depuis quelques années», déplore le Nord-Vaudois. Il sait que le futur de sa profession passera inévitablement par l’agriculture biologique et qu’il faudra s’adapter à ce nouveau mode de production.

Mais ce qui le désole actuellement, ce sont les négociations relatives à des accords de libre-échange que la Suisse est en train de mener avec la Malaisie et l’Indonésie, deux pays qui fournissent 85% de la production mondiale d’huile de palme, un concurrent direct du colza et des tournesols locaux. Ces fournisseurs de l’Asie du Sud-Est réclament une exonération des droits de douane pour l’exportation de leur précieux nectar en Suisse.

Dans les champs de la famille, qui s’étendent entre la commune de Donneloye et celle d’Ursins, on trouve de la betterave sucrière, du maïs, des céréales (de l’orge et du blé), mais aussi, justement, du colza et des tournesols, qui font partie des plantes oléagineuses. Ces dernières sont étalées sur environ 33% de la surface cultivable du domaine des Gavillet, soit 24 hectares, et représentent 25 à 30% des recettes de l’exploitation.

Une réponse attendue

«Il y a une disparité entre les discours écologiques que l’on donne d’un côté, et le fait d’ouvrir les frontières de l’autre.» Après avoir déposé une interpellation en février 2017, le conseiller national Jean-Pierre Grin, lui aussi agriculteur dans le Nord vaudois, interviendra, à nouveau, lors de la prochaine session parlementaire qui débute le 26 février prochain.

«Je vais faire pression auprès du Conseil fédéral, avant que les accords ne soient conclus», annonce le Poméran, qui posera une question le premier jour de la session, obligeant l’organe exécutif de la Confédération à donner une réponse la semaine suivante.

«Il faut que les autorités fédérales reconnaissent les problèmes liés à l’agriculture, mais aussi les ennuis sociaux et écologiques que ces accords pourraient apporter en Suisse, et dans ces pays exportateurs», renchérit Andrea Koch, responsable de communication au sein de la Fédération suisse des producteurs de céréales (FSPC).

En effet, d’après Andrea Koch, les agro-industries basées en Malaisie et en Indonésie n’hésitent pas, par exemple, à expulser des paysans locaux de leurs terres pour faire pousser des palmiers à huile, et augmenter le rendement de ce juteux business. Déforestations, émissions de CO2 alarmantes, atteintes à la biodiversité accompagnent également ces productions industrielles. «Les politiciens suisses doivent se coordonner, sinon on peut arrêter l’écologie et les actions visant à éviter le réchauffement climatique», conclut Andrea Koch.

L’article Des décisions qui mettraient de l’huile sur le feu est apparu en premier sur La Région.

08 fév 2018

Compteurs à zéro: place aux playoffs

Les séries finales (best of 5) commencent ce soir. Yverdon (8e) tentera de créer l’exploit face à Sierre (1er) pendant que la vallée de Joux (3e) devra confirmer sa bonne forme contre Villars (6e, acte I au Sentier à 20h30). Dernier point avant de plonger dans le grand bain avec les deux entraîneurs.

La forme actuel

Yverdon: «La troisième partie de la saison régulière, ça se joue à qui en veut le plus. Et, pendant que nos adversaires se rendaient compte de l’importance des derniers points en jeu, on a un peu manqué de volonté.» Lucide, le coach Jiri Rambousek est conscient que son HC Yverdon, qualifié depuis plusieurs semaines pour les playoffs, ne s’est pas préparé au mieux pour ces séries finales. Les raisons de cette baisse de forme sont nombreuses, mais ces éléments appartiennent désormais au passé. Le HCY a réalisé une ultime sortie plutôt encourageante face à Villars vendredi dernier, et c’est clairement sur cette voie qu’il faudra s’orienter pour espérer bousculer un tant soit peu Sierre.

Vallée de Joux: Les Combiers ont pris une dimension supplémentaire depuis la fin de l’année 2017. Dix victoires en onze rencontres, dont un succès face au duo de tête Sierre et Franches-Montagnes, ainsi qu’une réussite assez insolente dans les dernières secondes: les choses ne pourraient pas mieux rouler qu’en ce moment pour le club du Sentier. «C’est génial, mais ça fait un peu peur, sourit Beat Kindler. Tout mon travail va consister à garder mes joueurs les deux pieds bien accrochés au sol. Pour l’heure, tout le monde se donne à fond à l’entraînement. C’est essentiel. On n’arrivera à rien sans ce niveau de sérieux.»

Beat Kindler

Beat Kindler

L’adversaire

HCY: «C’est la meilleure équipe du groupe, l’effectif le plus impressionnant, le plus gros public. En un mot, l’immense favori à la promotion. Mais attention: Sierre n’a pas le droit à l’erreur, ce qui risque de lui valoir pas mal de pression.» Une brèche dans laquelle l’entraîneur yverdonnois et ses hommes devront tenter de s’engouffrer, même si elle est très, très étroite. Reste que le HCS est un tout petit peu moins monstrueux qu’en début d’exercice. Les Valaisans ont lâché des points ça et là et, avec eux, laissé transparaître certaines défaillances.

HCVJ: Les multiples rebondissements de ces derniers jours ont, finalement, placé Villars sur la route de Vincent Le Coultre et ses coéquipiers en quarts de finale. Une bonne nouvelle, les Combiers évitant ainsi la «deux» de Genève-Servette, dans une forme étincelante actuellement. «Cela ne change rien, coupe le technicien. Villars est également une excellente formation, dont l’expérience constitue le premier atout. Il s’appuie notamment sur les qualités d’Antoine Maillard (ndlr: meilleur buteur de la saison régulière) et des redoutables Michael Bochatay et Vincent Ermacora.» Une belle rivalité animent également les deux clubs vaudois. Cela vaut sur la glace, en-dehors et même dans les gradins. Bref, une vraie série de playoffs en perspective.

Les clés du succès

HCY: Une défaite 3-6 à domicile, après avoir encaissé les deux derniers buts lors des cinq ultimes minutes; deux revers valeureux 6-5 et 5-4 à Graben: Yverdon n’est pas parvenu à prendre le meilleur sur les Sierrois une seule fois jusqu’ici, mais a toujours prouvé en être tout à fait capable. Les raisons d’y croire existent, et elles sont légitimes. «Mais pour créer l’exploit, il faudra se montrer irréprochable sur ces trois points: la discipline, à savoir bien défendre et éviter toute pénalité inappropriée; le sens du sacrifice, qui passera par une combativité de tous les instants; et ne pas commettre d’erreurs individuelles, ce qui nous est trop souvent arrivé récemment.»

HCVJ: «Tous nos duels ont été extrêmement serrés. On ne possède aucune marge sur Villars. Donc une victoire passera obligatoirement pas le travail, et encore le travail. On s’est entraînés huit mois pour en arriver là, donc ça m’étonnerait qu’on manque de motivation.» L’aspect physiologique revêtira également une importance particulière lors de cette série. Ne pas céder aux provocations, savoir se montrer plus malin que l’adversaire, ne rien lâcher pour toujours rester à portée d’un retour canon, nouvelle spécialité des Combiers.  Et si les Villardous disposent d’un gardien très convainquant avec Florian Brugger, le Nord-Vaudois Timmy Capriati arrive également en pleine forme à l’aube des playoffs. Cette série se jouera aussi à qui possède le meilleur «mur».


Jiri Rambousek

L’atout no 1

HCY: «On sait comment gêner les Valaisans. On a réalisé au moins deux très bons matches contre eux. Et on est tout à fait susceptibles de réussir un ou plusieurs exploits individuels qui pourraient nous faire beaucoup de bien.» Le leader commettra-t-il l’erreur de laisser un peu trop d’espace à un artiste comme Juris Zandovskis, par exemple? Si c’est le cas, il faudra savoir en profiter. «Et l’appui du public, samedi à 18h à domicile, pourrait totalement changer le cours de ces confrontations!»

HCVJ: «L’équipe. Notre plus grande force, c’est l’équipe. Les gars ont sans cesse dû s’adapter aux coéquipiers qu’ils avaient sur glace. Cela a presque changé chaque semaine en fonction des absents. Et pourtant, personne n’a fait le moindre caprice à cet égard. Tout le monde a continué à patiner à 100%. C’est le genre d’épreuves qui forgent le caractère d’un groupe.» Et du caractère, il en faudra dès ce soir.

 

Les affiches des quarts de finale

Sierre (1er) – Yverdon (8e)

Franches-Montagnes (2e) – Saastal (7e)

Vallée de Joux (3e) – Villars (6e)

Saint-Imier (4e) – Genève-Servette II (5e)

Dates:

Je: 08.02
Sa: 10.02
Ma: 13.02
Je: 15.02 (év.)
Sa: 17.02 (év.)

L’article Compteurs à zéro: place aux playoffs est apparu en premier sur La Région.

08 fév 2018

«Mon féminisme a évolué au cours des années»

Yverdon-les-Bains – Invitée par les gymnasiens lors de la présentation du film «L’Ordre divin», de Petra Volpe, Gabrielle Nanchen, l’une des premières conseillères nationales, s’est exprimée sur sa carrière politique.

A l’occasion d’un projet sur la violence verbale, le Gymnase d’Yverdon a présenté le film «L’Ordre divin», réalisé par Petra Volpe, lundi dernier, à l’Aula Magna, d’Yverdon-les-Bains. Cette fiction relate la lutte d’un groupe de femmes en Appenzell pour obtenir le droit de vote. Professeure d’histoire, Prisca Lehmann a invité la socialiste Gabrielle Nanchen, la plus jeune des parlementaires élues au Conseil national, en 1971. Rencontre avec une femme déterminée, qui a su allier vie politique et vie familiale.

Gabrielle Nanchen, vous avez été élue à l’âge de 28 ans en tant que conseillère nationale valaisanne. Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer en politique? 

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été intolérante à l’injustice. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi d’entreprendre des études en sciences sociales à l’Université de Lausanne (UNIL). Domiciliée dans le Pays de Vaud, j’avais le droit de vote (ndlr: le canton est l’un des premiers à avoir accordé le droit de vote aux femmes, en 1959). Par amour, je suis partie vivre en Valais et j’ai été privée de ce droit.

En 1970, le suffrage féminin a été introduit en Valais. Lors des élections de l’année suivante, vous avez dépassé de 43 voix un «ponte» de la politique socialiste valaisanne. A l’époque, vous attendiez-vous à un tel résultat?

Je crois que j’ai été la première surprise. Tous les partis ont inscrit une femme sur leur liste. On m’avait dit que je ne courrais aucun risque d’être élue. Et, dans un premier temps, j’ai hésité à me rendre à Berne.

Pourquoi?

J’avais deux enfants en bas âge et je n’avais personne pour les garder. Mais j’ai eu la chance d’avoir un mari compréhensif, qui m’a encouragé dans cette fonction politique. C’est lui qui a pris en charge les enfants et le ménage. Je lui en suis très reconnaissante.

Comment avez-vous été accueillie au Parlement fédéral?

Je n’ai jamais ressenti de sexisme vis-à-vis de ma personne. J’ai rencontré des hommes galants, qui m’ont parfois fait des propositions, c’est vrai. Mais j’ai toujours eu une attitude très claire vis-à-vis d’eux et je crois qu’ils m’ont respectée pour cela aussi.

Huit ans plus tard, vous avez décidé de vous retirer du Conseil national. Pourquoi ce choix?

J’ai accouché d’un troisième enfant. Entre deux interventions, je courrais vite l’allaiter, René Felber (ndlr: l’ancien conseiller fédéral neuchâtelois) l’a même pris sur ses genoux, alors que j’étais à la tribune. Mais, à un moment donné, c’était devenu trop difficile de mener de front mes tâches familiales et mon travail.

Est-ce que vous vous reconnaissez dans le militantisme féministe d’aujourd’hui?

J’admire les femmes qui luttent actuellement contre le harcèlement sexuel. D’un point de vue personnel, mon féminisme a évolué au cours des dernières années.

C’est-à-dire? 

Dans le notre société, les femmes sont les gagnantes. Je souhaiterais que les hommes laissent parler leur côté féminin et osent montrer leurs sentiments, notamment en ce qui concerne leurs enfants.

L’article «Mon féminisme a évolué au cours des années» est apparu en premier sur La Région.